• Bienvenue sur mon site 

     dédié à la Formule1

     

    Bloc de contenu

     

    "Les Saisons Formule 1"

                     Intéressé par un ou plusieurs Grand Prix
                                                                  Contactez : formule1.foot@gmail.com    
         

     

            

    Liste des Grands Prix F1 disponible en DVD.

                                         Version française et autres.

     1947  : Rétro GP d'Europe - Spa Francorchamps - Comm. Jean Leroy (10' - v.fr.)

    1949 : Monaco - Archives A.C.M. 1min. Williams - Bugatti

    1950 : G.B.-Silverstone (5min.v.fr.- 34min.v.angl.)

    1951 : G.B.-Silverstone (0h18 - v.angl. TBI) / Hockenheim (5min. v.fr.)

    1953: Allemagne-Nurburgring (22min.v.angl.) - Suisse/Bremgarten (0h08
            v.angl.BI)

    1954: France-Reims (16min.v.fr.) / G.B. - Silverstone (3min.v.fr.)

              - Italie-Monza (3min.v.fr.) 

    1955: Monaco (9min.- v.angl.)  /  Belgique- Spa francorchamps (24min.-

               v.fr.) - G.B.-Aintree (17min.v.fr.) 

    1956 : Rétrospective de l'année (v.fr. 48min.)

    1967 : German GP-Nurburgring - The Ringmasters (55min. v.angl.)

    1970 : Zeltweg (1h17 v. all.) 

    1971 : Débuts de Niki Lauda            

    1972G.B-Brands Hatch (1h34 v.all.)

    1973 : G.B.-Silverstone (50min.v.angl.) / Hockenheim (2h30-v.all.)

    1974 : G.B.-Br. Hatch (30min-v.angl.)

    1975 : G.B.-Silverstone - Course arrêté cause pluie (20m-v.angl.)

               comm.J.Stewart Italie - Monza (20min.v.all.)

    1976 : USA-Long Beach (20min-v.angl.) /
               

                France-Paul Ricard (2h v.all.-25min.v.angl.) 

                
                 G.B.-Br.Hatch (2h.v.angl. - 25min.v.all.)
    /

                 Allemagne-Nurburgring (11min.v.all.)

                 Zeltweg (2h.v.all.)  /  Monza (1h50 v.all.)  /  Japon - Fuji

                 (50min.v.angl.)

    1977 :  Argentine  /  Brésil - Interlagos (2h08 v.all.)  - Afr. du Sud-Kyalami ( 32min. bruits

                des moteurs) - USA/L.Beach (2h v.all.)  / Espagne-Jarama (1h52 v.all.)

              
               Monaco (1h v.fr.)  / Belgique  / Suède  / France-Dijon (20mi v.angl.)
               
               G.B.-Silverstone (20min.v.angl.)  /  Hockenheim (2h v.all.)
              
               Autriche (3sec.v.it. puis 47min.v.fr.)  / Hollande-Zandvoort (2h16 - bruits de
               
               course) - Italie-Monza  /  USA-Watkins Glen (57min.v.all.) 
     

    Débuts de Gilles Villeneuve
     

    Bloc de contenu

                             Canada  / Japon-Mont Fuji (1h37 v.all.)

    1978 :  Argentine-Buenos Aires (2h.v.all.)  /  Brésil-Jacarepagua (2h05 v.all.)

                 Afr.du Sud-Kyalami (1h50 v.all.)  / USA-L.B (2h.v.all.)  /

                 Monaco (2h20 v.all.)

                 Belgique-Zolder (2h.v.all.)  /  Espagne-Jarama (1h50 v.all.)

                 Suède-Anderstorp (2h.v.all.)   /   France-Paul Ricard (2h.v.all)

                 G.B.-Brands Hatch (2h.v.angl. - 3h50 v.all.)

                 Hockenheim (2h.v.angl. - 2h.v.all.)  /  Zeltweg (2h30 v.all.)

                                                    

    1979 :  Argentine - Buenos Aires (3h10 v.all.) / Brésil - Interlagos (2h.v.all.) 

                 Afr.du Sud - Kyalami (40min.v.angl.) / USA - Long Beach (1h30 v.all.)

                 Espagne - Jarama (1h50 v.all.) / Belgique - Zolder (1h45 v.all.)

                 Monaco (1h56 v.it. - 1h45 v.all.) 

                              Best off : France / Dijon (1h30-v.fr.)  

                                                                 

    Bloc de contenu

       

                  Gilles Villeneuve & Renée Arnoux                            

                             Silverstone (1h31 v.fr. -1h50 v.all.) / Hockenheim (1h31 v.fr -1h52 v.all.)

                    Zeltweg (1h50 / 7min.v.all.) / Zandvoort (1h10 v.fr.- 2h.v.all.) 

                    Monza (1h35 v.fr. -1h42 v.angl.-1h40 v.all.) /

                    Canada (32min.v.angl.) / USA - W.Glen (29min.v.angl)

    1980 :                                       Débuts de Alain Prost 
     
                                                                                                            

                       Argentine (44min.v.angl.) / Brésil - Interlagos (18min.v.angl.) 

                Afr. du Sud - Kyalami (27min.v.angl.) / USA - L.Beach (24min.v.angl.) 

                Belgique - Zolder (0h48 v.fr.-20min.v.angl.) 

                Monaco (2h05 v.fr - 22min.v.angl.) / Esp - Jarama (33min.v.angl.) 

                France - P.Ricard (1h07 v.fr.) /

                G.B.- Br.Hatch (0h50 v.fr.-1h12 v.angl.-2h.v.all.)

                Allemagne - Hockenheim (1h11 v.fr.) / Zeltweg (1h09 v.fr.-1h50 v.all.) 

                Zandvoort (1h19 v.fr. - 32min.v.angl.) / Imola (30min.v.angl.)

                Canada (35min.v.angl.) / USA - W.Glen (35min.v.angl.)

    1981 : USA-L.Beach (1h33 v.fr.)  /  Brésil-Jacarepagua   

                Argentine-B. Aires(0h21 v.fr.-1h40-v.it.)  /  Imola (1h18 v.fr.-30min.v.angl.) 

                Belgique-Zolder (52min.v.fr.-30min.v.angl.-2h06 v.All.)

                  Monaco (1h41 v.fr -22min.v.angl.)

                  Espagne-Jarama (1h50 v.fr.-0h28 v.angl.)

                  France-Dijon (2h45 v.fr.-32min.v.angl.

    1° Victoire A.Prost

    Bloc de contenu

                         G.B. - Silverstone (1h25 v.fr.-1h17 v.angl.)

                  Hockenheim (1h45-v.fr. / 1h17m.-v.angl.) /  Zeltweg (34min.v.angl.) 

                  Zandvoort (1h36 v.angl.) / Monza (1h30 v.fr.-1h15m.-v.angl.)

                  Cananda (34min.v.fr.) / USA - Las Vegas (1h32 v.fr.)

    1982 :  Afr. du Sud - Kyalami (35min.v.angl.) / Brésil - Jacarepagua

                 (1h20-v.fr.-30min.v.angl.) / USA - Long Beach (2h07 v.fr.) 

     

    Best Off : Imola / duel Villeneuve v Pironi (2h09 v.fr.)

     

      

    Bloc de contenu

                      Zolder : décès d'un grand champion: Gilles Villeneuve

     

                      Bloc de contenu 

                 Belgique - Zolder (1h50 v.fr.) / Monaco (2h13 v.fr.) /

              USA - Detroit (40min.v.angl.) 

              Canada (35min.v.angl.) / Hollande - Zandvoort (Rai+A2 -2h54 -

              30min.v.angl.)  

              G.B. - Brands Hatch (1h56 v.fr.-1h35 v.angl.) / France - P.Ricard (1h45

              v.fr.-1h45 v.all.) - 

              Allemagne - Hockenheim (1h.v.fr.-35min.v.angl.) 

              Autriche - Zeltweg (30min.v.angl.) - Suisse - Dijon (1h21

              v.fr.-35min.v.angl.) / Italie - Monza (1h23-v.fr.-30min.v.angl.) - 

              USA - Las Vegas (35min.v.angl.)

    1983 :Brésil - Jacarepagua (0h55 v.fr.) 

               USA - Long Beach ( 2h04-v.fr.- 10min.v.fr./v.all.)

               France - Paul Ricard (1h32 v.fr.) /  Imola (1h35 v.fr.) / Monaco ( 2h07 v.fr.)

               Belgique - Spa Francorchamps (2h20 v.fr.) / USA - Detroit (51min.v.fr.)

               Canada (2h16 v.fr.) / G.B. - Silverstone (1h45- v.fr.) / Hockenheim (1h47

               v.fr.)

               Zeltweg (1h19 v.fr.) / Zandvoort (2h06 v.fr.+rétro 1983)

                  Monza (1h33v.fr.) /  Europe - G.B.- Brands Hatch ( 2h10 v.fr.) 

                  Afr. du Sud - Kyalami (1h46 v.fr.)

                   A partir de 1984 tous les GP sont en version intégrale v.fr.& autres

     

    1984 :  Brésil - Jacarepagua (v.port.) / Afr. du Sud - Kyalami (v.angl.)

              

              Belgique - Zolder / Imola / France: Dijon 

     
     Debuts de Ayrton Senna

     

     

     

                                      

                 

                 Monaco / Canada (v. port.) / USA -Détroit / USA - Dallas (v.angl.)

     

                 G.B.- Brands Hatch (v.port.) / Allemagne - Hockenheim (pp) /

     

                 Autriche - Zeltweg / Hollande (pp) / Italie / Europe - Nurburgring (v.angl.)

     

                 Portugal - Estoril (v.port.)

                                                                                                  

     1985 : Brésil - Portugal / 1° Victoire de A. SENNA  

     

                                                                                           

    Bloc de contenu

     

                   Imola / Monaco / Canada / USA - Détroit / France - P.Ricard

                   G.B. - Silverstone / Autriche / Hollande (v.angl.) / Italie / Belgique /

     

                      Europe - Brands Hatch / Afr. Du Sud (v.port.) / Australie - Adelaide.

     

    1986 :  Brésil / Espagne / Imola / Monaco / Belgique /  Canada / Détroit 

     

                   France / Angleterre / Allemagne / Hongrie / Autriche / Italie

     

                   Portugal / Mexique / Australie.

     

    1987:  Brésil / Imola / Belgique (v.fr.&.v.It) / Monaco / Détroit

     

                 France - Le Castelet / G.B.- Silverstone / Allemagne / Hongrie / Autriche

     

                 Italie / Portugal / Espagne (v.fr.& v.angl.) / Mexique / Japon / Australie.

     

    1988 : Brésil / Imola / Monaco / Mexique / Canada / Détroit / France

     

                 G.B. - Silverstone / Allemagne / Hongrie  /  Belgique /  Italie / Portugal

     

                 Espagne - Jerez de la Fontera / Japon - Suzuka / Australie.

     

    1989 : Brésil / Imola / Monaco / Mexique / Détroit / Canada / France - Le castelet

     

                 G.B.- Silverstone / Allemagne / Hongrie / Belgique / Italie / Portugal /

                 Espagne / Japon / Australie.

     

    1990 : USA - Phoenix / Brésil - Interlagos / Imola / Monaco / Canada / Mexique
     

                France - P.Ricard / G.B. - Silverstone / Allemagne / Hongrie / Belgique

     

                Italie / Portugal /  Espagne / Japon / Australie.

     

    1991: USA - Phoenix / Brésil / Imola / Monaco / Canada / Mexique

     

                France - Magny Cours / Angleterre / Allemagne / Hongrie 

     

       Belgique : début M. Schumacher

     

     

                  Italie / Portugal / Espagne / Japon / Australie.

     

    1992 : Afr. du Sud / Mexique / Brésil / Espagne - Barcelone / Imola / Monaco

     

                  Canada / France - M. Cours / Angleterre / Allemagne / Hongrie

     

       Belgique : 1° Victoire M. Schumacher

     

    Bloc de contenu

            

     

                   Italie /  Portugal / Japon / Australie.

     

    1993 : Afr. du Sud / Brésil / Europe - G.B. Donington / Imola / Monaco / Canada

     

                  France / Angleterre / Allemagne / Hongrie / Belgique / Italie / Portugal 

     

                  Japon / Australie. 

     

    1994 : Brésil / Pacifique - Japon /

     
     

      Imola : Décès de Ayrton Senna

     

    Bloc de contenu

                                       

                      Monaco / Espagne / Canada / France / Angleterr/ Allemagne / Hongrie

     

                   Italie / Portugal / Europe - Esp. Jerez de la Frontera / Japon / Australie.

     

    1995 :  Brésil / Argentine / Imola / Espagne - Barcelone / Monaco /  Canada

     

                   France / Angleterre / Allemagne / Hongrie / Belgique / Italie / Portugal

     

                   Europe - Nurburgring / Pacifique - Japon - Aida / Australie.  

     

    1996 : Australie / Brésil / Argentine / Europe - Nurburgring / Imola / Monaco

     

                  Espagne / Canada / France / Angleterre / Allemagne / Hongrie / Belgique

     

                  Italie / Portugal / Japon - Suzuka.

     

    1997 : Australie - Melbourne / Brésil / Argentine / Imola / Monaco /  Espagne

     

                   Canada / France / Angleterre / Allemagne / Hongrie / Belgique / Italie

     

                   Autriche / Luxembourg - Nurburgring / Japon - Suzuka.

     

                   Europe /Jerez de la Frontera. 

     

    1998 : Australie - Melbourne / Brésil / Argentine / Imola / Espagne / Monaco

     

                   Canada / France / Angleterre / Autriche / Allemagne / Hongrie / Belgique

     

                   Italie / Luxembourg - Nurburgring / Japon - Suzuka.

     

    1999 : Australie - Melbourne / Brésil / Imola / Monaco / Esp. Barcelone / Canada

     

                   France / Angleterre / Autriche / Allemagne / Hongrie / Belgique / Italie

     

                   Europe - Nurburgring / Malaisie - Sepang / Japon - Suzuka.

     

    2000 : Australie - Melbourne / Brésil / Imola / Angleterre / Esp. Barcelone

     

                   Europe - Nurburgring / Monaco / Canada / France / Autriche / Allemagne

     

                   Hongrie / Belgique / Italie / USA - Indianapolis / Japon / Malaisie.

     

    2001 :                                       Débuts de Kimi Raikkonen

     

     

                      Australie - Melbourne / Malaisie / Brésil / Imola / Espagne / Autriche

     

                   Monaco / Canada / Europe - Nurburgring / France / Angleterre

     

                   Allemagne / Hongrie / Belgique / Italie / USA - Indianapolis / Japon.

     

    2002 : Australie / Malaisie / Brésil / Imola / Espagne / Autriche / Monaco

     

                   Canada / Europe - Nurburgring / Angleterre / France / Allemagne / Hongrie

     

                   Belgique / Italie /  USA - Indianapolis / Japon.

     

    2003 : Australie / Malaisie - Kyala Lumpur :

     

    victoire de K.Raikkonen

     

     

                  Brésil / Imola / Espagne / Autriche / Monaco / Canada / Europe -Nurburgring

     

                France / Angleterre / Allemagne / Hongrie / Italie / USA-Indianapolis / Japon

     

    2004 : Australie / Malaisie - Sepang / Bahreïn / Imola / Espagne / Monaco

     

                   Europe - Nurburgring / Canada / USA - Indianapolis / France / Angleterre 

     

                   Allemagne / Hongrie / Belgique / Italie / Chine / Japon / Brésil.

     

    2005 : Australie / Malaisie / Bahreïn / Imola / Espagne / Monaco

     

                   Europe - Nurburgring / Canada / USA - Indianapolis  / France / Angleterre

     

                   Allemagne / Hongrie / Turquie / Italie / Belgique / Brésil / Japon / Chine.

     

    2006 : Bahreïn - Sakhir / Malaisie – Sepang / Australie - Melbourne / Imola

     

                   Europe - Nurburgring / Espagne / Monaco / Angleterre / Canada /

     

                   USA - Indianapolis / France /Allemagne / Hongrie / Turquie / Italie

                 

                   Chine - Shangai / Japon / Brésil.

     

    2007 :    Australie - Melbourne / Malaisie - Sepang / Bahrein - Sakhir / Espagne -     

             

                Barcelone / Monaco  / Canada / USA - Indianapolis / France / Angleterre /

     

                Allemagne / Hongrie / Turquie  / Italie / Belgique / Japon - Fuji / Chine -

     

                Shangai / Bresil - Sao Paulo.

     

    2008 :      Australie - Melbourne / Malaisie - Sepang / Barhein - Sakhir / Espagne -

           

                Barcelone / Turquie / Monaco / Canada / France / Angleterre / Allemagne /

     

                Hongrie / Espagne - Valence / Belgique - Spa Francorchamp / Italie - Monza

     

                Singapour / Japon - Fuji / Chine - Shangai / Bresil - Sao Paulo.

     

    2009 :      Australie - Melbourne / Malaisie - Sepang / Chine - Shanghai / Bahrein -

     

                 Sakhir / Espagne / Monaco / Turquie / Angleterre / Allemagne / Hongrie /

     

                 Europe - Valence / Belgique / Italie -  Monza / Singapour / Japon - Suzuka /

     

                 Brésil / Abu Dabih. 

     

    2010 :       Bahrein / Sakhir - Australie / Melbourne - Malaisie / Sepang - Chine / Shanghai - Espagne / 

                   Barcelone - Monaco / Turquie / Canada / Europe - Valence / Angleterre / Hongrie / Allemagne

                       Belgique / Italie - Monza / Singapour / Japon / Corée du Sud / Brésil / Abu Dhabi .

    2011 :     Malaisie / kuala Lumpur - Australie / Melbourne - Chine - Turquie - Espagne / Barcelone -

                       Monaco - Canada - Europe/Valence - Angleterre - Allemagne/Nurburgring - Hongrie -

                    Belgique - Italie/Monza - Singapour - Japon/Suzuka -

                   Corée du Sud/YeonGam - Inde/New Dehli - Abu Dabi - Brésil/Interlagos

    2012 :     Australie/Melbourne - Malaisie/Kuala Lumpur - Chine - bahrein - Espagne/Barcelone -

                    Monaco - Canada - Europe/Valence - Angleterre - Allemagne - Hongrie - Belgique -

                    Italie/Monza - Singapour - Japon - Corée du Sud - Inde - Abou Dabi - Usa - Brésil

    2013  :     Australie - Malaisie - Chine - Bahrein - Espagne - Monaco - Canada - Angleterre - Allemagne

                    Hongrie - Belgique - Italie - Singapour - Corée du Sud - Japon - Inde - Abu Dabi - USA -     

                    Brésil

    2014  :     Australie - Malaisie/Sepang - Bahrein/Sakkir - Chine/Shangai - Espagne/Barcelone - Monaco

                    Canada - Autriche/Red Bull Ring - Angleterre - Allemagne/Hockenheim - Hongrie - Belgique

                     Italie - Singapour/Marina Bay - Japon/Suzuka - Russie/Scotchi - USA/Circuit of the

                     Americas - Brésil/Interlagos - Abu Dabi/Yas Marina

    2015  :      Australie - Malaisie - Chine - Bahrein - Espagne/Barcelone - Monaco - Canada -

                     Autriche/Spielberg - GB/Silverstone - Hongrie - Belgique -  Italie/Monza - Singapour -

                     Japon/Suzuka - Russie/Adler - USA/Austin - Mexique - Brésil/Interlagos - Abu Dhabi

    2016 :      Australie - Bahrein/Sakhir - Chine - Russie/Adler - Espagne/Barcelone - Monaco - Canada -

                     Europe/Bakou - Autriche - GB/Silverstone - Hongrie - All/Hockenheim - Belgique -

                    Italie/Monza - Singapour - Malaysie - Japon/Suzuka - USA/Austin - Mexique -

                     Brésil/Interlagos - Abu Dhabi.

    2017 :      Australie - Chine - Bahrein - Russie - Espagne/Barcelone - Monaco - Canada -

                    Azerbadjan/Bakou - Autriche - GB/Silverstone - Hongrie - Belgique - Italie/Monza -

                    Singapour - Malaisie - Japon/Suzuka - USA/Austin - Mexique - Brésil - Abu Dhabi.

    2018 :      Australie - Bahrein - Chine - Azerbadjan/Bakou - Espagne/barcelone - 

                     Monaco - Canada - France/ Le Castelet - Autriche - GB / Silverstone - Allemagne -

                     Hongrie - Belgique - Italie - Singapour - Russie / Adler - Japon / Suzuka - 

                    USA / Austin - Mexique - Brésil - Abu Dhabi.  

    2019 :     Australie - Bahrein - Chine - Azerbadjan - Espagne/Barcelone - monaco - Canada -

                    France/Paul Ricard - Autriche - GB/Silverstone - Allemagne - Hongrie - Belgique - 

                    Italie/Monza - Singapour - Russie/Sochi - Japon/Suzuka - Mexique - USA/Austin - 

                    Bresil/Interlagos - Abou Dhabi.

     

     

               

                                                                         Plus d'informations contactez:
                                                                     formule1.foot@gmail.com  

     

     

                                   

                                                                            

     

     

                          Hommage à un Génie du pilotage, disparu trop tôt !

     

     

     

                                 Ayrton Senna, le héros au regard lointain

                           

     

     

    «Quand je suis en forme, je peux tout. Même quand je vais mal, j'essaie encore…», disait Ayrton Senna.

     

    La bière est «absurdement gelée», comme les Brésiliens l'aiment.

    Les écrans géants sont installés, une marée de T-shirts jaune et vert a déferlé sur les places de Sao Paulo.

     Le Brésil affronte ce jour-là le Ghana en huitièmes de finale.

     Les administrations ont fermé, les centres commerciaux les plus sophistiqués expulsent leurs clients.

     À quelques mois de l'élection présidentielle, l'agenda politique est suspendu aux pieds de la seleçao.

     et Ayrton Senna ?

     

     

     

     

     Une semaine plus tard, après la défaite de l'équipe aux mille talents, l'éternel héros sort encore grandi.

     «Il ne nous a jamais déçus», répètent les Paulistes.  Un hymne à la volonté, qui lui vaut l'hommage durable d'une nation orpheline.

     Le Brésil, enfant illégitime de colons pressés de s'enrichir, d'extraire de cette terre de quoi faire leur gloire en Europe, expliquait le grand sociologue Sergio Buarque de Hollanda, ce Brésil né des amours furtives avec les esclaves et les Indiennes est un pays sans pères.

     Le Brésil est cette éternelle «terre d'avenir» que décrivait déjà Stephan Zweig en 1943.

     Mais le rêve tardait à s'accomplir.

     Quand Ayrton apparaît sur la scène internationale dans les années 1980, les militaires sont au pouvoir et la seleçao est embourbée dans les défaites.

     Le pilote déploie alors un drapeau brésilien pour fêter sa victoire et le pays s'enflamme.

     Avec son visage triste mais son poing levé des gagnants, sa mine tourmentée, Ayrton, puissant et mélancolique tout à la fois, toujours présenté comme un bon fils, a l'étoffe d'un héros.

     Plus vénéré que les footballeurs, souvent considérés comme de mauvais garçons dont le talent excuse les excès.

     Ayrton était croyant, il avait vu Dieu un jour sur un circuit, comme s'il n'était plus des mortels.

     Son mysticisme confus se résumait pourtant à une foi tenace en lui-même, doublée d'une hargne pour la victoire : c'est ainsi qu'il accidenta volontairement Alain Prost qui lui barrait le podium.<o:p></o:p>

     Pour se faire sa place dans l'histoire, Ayrton a navigué parfois loin de la légende.

     Mais sa mort a gommé les zigzags.

     Il ne reste plus que cette embardée à 250 km/h vers un mur, cette fin en direct.

     Ce dimanche 1er mai 1994, son public attend devant le poste, crispé.

     Les pilotes semblent redevenus des humains, avec leurs visages défaits et leur vulnérabilité exposée.

     Le vendredi, Rubens Barrichello a survécu à un très grave accident.

     Le samedi, l'Autrichien Roland Ratzenberger s'est tué. Fébrile, le Brésilien n'entend pas renoncer à un quatrième titre mondial.

     

     

     

     

     

     

    À son inquiétude s'ajoute une blessure personnelle.

     Il vient d'écouter une cassette où Adriane Galisteu, sa nouvelle compagne, parle avec son ancien petit ami.

     Une conversation téléphonique anodine, faite de petits rires pour elle et de tentatives de séduction pour lui. Mais une conversation enregistrée, comme preuve qu'Adriane le trompe.

     La famille Senna, qui détestait la sulfureuse Adriane, blonde inconnue avant de se jeter dans les bras d'Ayrton, aurait organisé le piège, raconte le journaliste Ernesto Rodrigues .

     Viviane Senna, la sœur du pilote, assure qu'Ayrton avait lui-même demandé cet enregistrement.

     Qu'importe.

     Ce dimanche, lorsqu'il se prépare pour la course, il pense se séparer d'Adriane.

     Ayrton a beau avoir flirté des années, collectionné les femmes blondes, il est un conservateur et il ne peut tolérer l'affront.

     Le sort fera finalement d'Adriane une veuve célèbre. Beaucoup ne lui pardonneront pas ses poses d'endeuillée sexy, puis sa couverture de magazine où elle posait nue. Aujourd'hui, Adriane est une star de la télé brésilienne, mais les rancœurs restent tenaces.

     

     

     

     

     

    Sur la piste du circuit d'Interlagos, au sud de Sao Paulo, quelques karts vrombissent encore, par un soleil d'hiver austral.

     Des fils à papa engoncés dans des combinaisons rembourrées tournent à vive allure dans un décor délavé. Là où Ayrton s'entraînait sur le kart que son père lui avait offert.

     Depuis, la végétation s'immisce partout sur la piste craquelée.

     Le circuit, autrefois situé dans une zone boisée et noble, est étranglé par une immense favela.

     Désormais, les maisons semblent penchées les unes sur les autres, comme enlacées, tandis que les fenêtres laissent suinter des bluettes d'amour, des scènes de ménage et le râle de corps fatigués.

     Des prêches aussi.

     Des églises évangélistes diffusent le message divin par haut-parleur.

     

     

     

     

     

     

     

    Les ateliers de mécaniciens bordent encore le circuit. Une porte bleue affiche un surnom fameux : le Tché. Ayrton vint le trouver un jour, avec son moteur de kart abîmé.

     On lui avait recommandé cet Espagnol aux mains d'or et à la technique acquise dans l'Espagne franquiste qu'il avait fuie.

     Milton, le père d'Ayrton, demanda le prix de la réparation : 300 pesos.

     Rien ou presque.

     «Ce sera du mauvais travail», lança-t-il.

     

     

     

       1° victoire - Estoril (Portugal) 1985

     

     

     

     

     

     

    Inscrit à l'élégant collège Rio Branco qui accueille les fils de l'élite, Ayrton est le seul à ne pas sourire sur la photo de classe, comme absent.

     

     Élève médiocre, il détourne tous les matins son chauffeur pour rejoindre le circuit d'Interlagos et enchaîner les dérapages.<o:p></o:p>

     «Apprends à conduire avant de faire le kakou, travaille», lui répète son coach.

    . À 9 heures, lorsque les portes du circuit s'ouvrent, Ayrton s'assoit dans son kart et tourne, sans s'arrêter, tout juste ramené au monde par le sifflet du gardien à 17 heures.

     Ayrton, l'enfant difficile, agité, que sa mère emmenait chez le psychologue pour comprendre son comportement à la fois renfermé et pressé, Ayrton, l'enfant fou de tous les sports, Ayrton au regard toujours triste, a enfin trouvé sa place : sur une piste.

     C'est aussi là, à l'occasion d'une course où il s'est classé en queue de peloton après qu'un technicien eut remplacé ses pneus par un modèle juste 1 mm plus petit, qu'Ayrton découvre combien la précision est la clé du succès.

     Le Tché lui enseigne à tout vérifier, et par la suite, Ayrton arpentera les circuits à pied pour relever les détails et prévoir là où il arracherait un précieux millième à ses adversaires.

     À cette époque-là, Ayrton quitte à regret le circuit d'Interlagos pour retrouver la demeure familiale située à l'opposé de la ville.

     

     

    La première maison des Senna s'accroche toujours à la colline de Santana, dans un quartier de la petite classe moyenne de la zone nord de Sao Paulo.

     Vaste. Issu d'une famille modeste, Milton, le père, avait très vite commencé à revendre du matériel de construction, puis des pièces détachées de voitures, anticipant le formidable essor de l'automobile dans une ville désormais congestionnée presque jour et nuit. Depuis l'arrivée des jésuites en 1554 et la fondation de leur collège, Sao Paulo est devenue un monstre.

     Le café a fait la fortune de la ville à la fin du XIXe siècle, attirant des milliers d'immigrés européens.

     Les 130 000 habitants de 1895 sont déjà 250 000 cinq ans plus tard.

     

     Quatre voitures traversent alors la ville.

     

    f Aujourd'hui, 10,5 millions d'habitants vivent sur 1 524,96 kilomètres carrés.

     Cinq millions de voitures circulent chaque jour à 27 km/heure en moyenne.

     La seule Marginal Tieté, un des axes principaux, concentre 700 000 véhicules par jour.

     Pour échapper à cet enfer de dioxyde de carbone, et de temps perdu, plus de 1 000 hélicoptères particuliers déposent leurs passagers sur les hauteurs des buildings de Sao Paulo.

     

     

     

     

    Ayrton Senna s'était lui aussi fait bâtir une piste d'atterrissage sur l'immeuble où il avait ses bureaux. Aujourd'hui, la plate-forme orange coiffe l'institut Ayrton-Senna, comme un luxe inutile dans un quartier de maisons sans prétention.

     À l'accueil, une standardiste en tenue de nylon de ce bleu prison qui semble n'exiger aucun lavage, n'a pas le glamour des hôtesses de sièges bancaires.

     

    Elle est à l'image des Senna, une famille discrète, austère presque, étonnante dans un pays qui cultive l'exubérance et l'insouciance.

     

     Les Senna incarnent à l'inverse la bourgeoisie industrieuse, frileuse et économe.

     Après avoir offert son premier kart à Ayrton, son père n'aura de cesse de le faire décrocher des sports automobiles, raconte Adilson Carvalho de Almedia, président du fan-club d'Ayrton Senna, la TAS.

     Sous la pression familiale, le pilote de Formule 3 quitte Londres et reprend une boutique d'outils que son père lui a réservée.

     Derrière le comptoir, il est prostré, le regard éteint.

     Et c'est parce que courir était une nécessité que sa famille l'a finalement laissé vrombir.

     Aujourd'hui, la tradition se perpétue : c'est maintenant le neveu d'Ayrton, Bruno, qui se lance en Formule 3.

     Sa mère, Viviane, la sœur aînée du pilote, reçoit au 16e étage de l'institut qu'elle a créé juste après la disparition d'Ayrton.

     Corps brindille, voix de petite fille,

     

     

     

     

     

     

    Viviane est une figure de la société brésilienne, toujours élégante et vaguement distante.

     En réalité, c'est une femme qui vit entourée de fantômes qui réapparaissent au détour des questions.

     Son frère, dont elle n'avait jamais imaginé la mort.

     Son mari, emporté des années plus tard par un banal accident de la route alors qu'il conduisait la moto d'Ayrton.

     Et maintenant son fils, celui-là même qui avait cessé le kart lorsque Ayrton avait heurté Tamburello, celui qui n'a plus parlé de courir pendant des années, celui qui a tu sa passion pour épargner sa famille, a fini par suivre sa voie.

     «Si je cours, c'est pour être le meilleur.

     Sinon, je ne serais pas là», dit aujourd'hui Bruno, 26 ans.

     «Je ne peux pas l'en empêcher, reprend Viviane.

     Ce serait contraire à tout ce que j'ai toujours prôné pour moi et les autres : se réaliser.»

     Mais la mère tremble.

     

     

     

    Au bord de l'épuisement

    Brésil 1991

    **************************

     

    Au Brésil, la pression est énorme.

     Personne n'est venu derrière Senna assouvir ce besoin de vaincre.

     

     Les Brésiliens ne se résolvent pas à ce désert de héros, renchérit Reginaldo Leime, un des commentateurs vedettes de la télévision Globo, qui fut l'ami d'Ayrton. «Les neuf victoires de Rubens Barrichello ne valent rien. Il faut être premier ici.»

     Pour Viviane, les attentes des Brésiliens à l'égard de son fils sont «dangereuses».

     Mais la saga des Senna se fait presque malgré eux. Lorsque des millions de personnes ont accompagné le corps d'Ayrton Senna vers le cimetière de Morumbi, une banderole barrait une façade décrépie :

     «Ayrton, tu nous tendais un miroir, qui nous aidera à être meilleurs maintenant ?»

     

     

    * Ernesto Rodrigues, "O heroi revelado".

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    25 ans déjà

    Tu nous manque à tous …

     

     

    Senna Memorial

     

     

      Un pilote d'exception !!!

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Les Pilotes 

     

     

     

     

    Juan-Manuel Fangio

     

     

      Nationalité : Argentin
    Né le : 24 juin 1911
    décédé le : le 17 juillet 1995


    Juan-Manuel Fangio devint universellement et simplement connu sous le nom de "Maestro". Pour beaucoup, ce fut le plus grand pilote qui ait jamais existé, il gagna cinq Championnats du monde, en 1951 et entre 1954 et 1957. Il remporta 24 courses avec 51 départs, ce qui était un record à l'époque. Né à Balcare, Argentine, Fangio était le fils d'un émigré Italien.


    Au cours de sa jeunesse, il se passionna pour le football et son surnom d'El Chueco (à cheval sur un tonneau) venait sans doute de son style de jeu. Son goût pour la course automobile lui vint pour la première fois lorsqu'il eut la possibilité de faire office de mécanicien à côté d'un client pilotant une Chevrolet, client du garage dans lequel il travaillait. Après son service militaire, Fangio ouvrit son propre garage et commença à piloter dans des courses d'Amérique du Sud, longues, ardues et dangereuses. Il commença à jouir d'un grand succès avant que les restrictions de la guerre n'interviennent. Pendant un certain temps, il n'y eut plus de courses mais Fangio continuait de s'entraîner en pilotant de grandes distances à des vitesses de courses automobiles.

    La course automobile revint en activité en 1947 et Fangio fut intrigué par les visiteurs Achille Varzi et Luigi Villoresi, pilotes italiens. L'Argentine Automobile Club avait acheté deux Maserati pour se mesurer à eux et l'une d'elles fut confiée à Fangio. Pendant une brève période de course en Europe, Fangio rencontra également le grand pilote Jean-Pierre Wimille et il fut fortement impressionné par la scène européenne, mais il s'arrêta presque de courir avant de réaliser ses exploits. A son retour en Argentine, il eut un accident de voiture et son copilote et bon ami se tua. Et peu après, Wimille lui-même se tua en Argentine.



    Fangio quitte l'Argentine

    Avec le soutien du régime de Peron et une Maserati, Fangio fut envoyé en Europe et commença à gagner régulièrement en 1949. La perte de Wimille et maintenant celle de Varzi avait laissé Alfa Romeo sans pilote alors qu'il se préparait au premier grand Championnat du monde en 1950 et Fangio eut la chance de pouvoir piloter. Il perdit d'un cheveu derrière son coéquipier Nino Farina mais il gagna le premier de ses titres à la saison suivante. L'Alfa Romeo Tipo 159 était maintenant largement dépassée et Fangio alla chez Ferrari mais se cassa le cou dans un accident à Monza, ce qui le garda hors du cockpit jusqu'à la saison suivante. Il revint avec Maserati pour lequel il gagna le Grand Prix d'Italie, mais la scène était dominée par son ancienne équipe, Ferrari. Fangio gagna les quelques premières courses en 1954 avec Maserati mais Mercedes-Benz l'enleva alors pour diriger son équipe. Cette année-là, Fangio gagna quatre autres courses dans les voitures argentées de Mercedes avant de gagner un second titre en 1955 avec quatre victoires, en Argentine, en Belgique, en Hollande et en Italie.

    A la fin de la saison, Mercedes se retira à la suite du désastre du Mans et Fangio se retrouva chez Ferrari. Cette année, le Championnat devint la course entre Fangio, son coéquipier Peter Collins et Stirling Moss dans la Maserati. A Monza, Collins remit sa propre voiture à Fangio après la panne de celle de Juan, ce qui garantissait au grand homme un quatrième titre. Pour 1957, Fangio retourna chez Maserati et gagna le championnat pour la dernière fois. La course qui illustre le mieux sa carrière est celle du Grand Prix d'Allemagne au Nurburgring. Ferrari avait Peter Collins et Mike Hawthorn rangés derrière lui et Maserati essaya de faire démarrer Fangio avec une charge d'essence légère en espérant qu'il prendrait de l'avance puis qu'il referait le plein et repartirait ensuite en tête. Mais à la suite d'un arrêt trop lent, Fangio perdit 45 secondes quand il revint sur la piste et il fut forcé de piloter comme un fou pour rattraper les deux Britanniques. Et, évidemment, Fangio transportait alors une charge de carburant plus lourde que celle de ses adversaires. Il commença à gagner six secondes par tour sur les Ferrari, puis davantage ensuite. Il dépassa largement Collins et, avec un tour et demi qui restait, il força son chemin pour dépasser Hawthorn. C'était une performance des plus époustouflantes.

    En 1958, Fangio fut quatrième dans son Grand Prix à domicile, puis pilota sa dernière course dans le Grand Prix de France à Reims où il termina également quatrième. Sa Maserati avait des problèmes près de la fin, quand le leader de la course, Hawthorn, l'accrocha juste au moment ou Fangio allait franchir la ligne. Hawthorn freina et laissa Fangio passer la ligne devant lui comme marque de respect pour cet homme que les contemporains considéraient comme leur maître.



    La victoire à la vitesse la plus lente.

    Fangio était noté comme étant quelqu'un qui pouvait gagner une victoire à la vitesse la plus lente et comme étant capable de juger la situation de façon parfaite. Il était beaucoup plus âgé que beaucoup de ses rivaux mais il avait énormément d'endurance. Stirling Moss était le seul pilote réellement capable de lui donner du fil à retordre. Moss battit Fangio au dernier tour d'un superbe Grand Prix de Grande-Bretagne en 1955, et on se demande encore maintenant si le grand homme ne lui a pas laissé la place. Fangio se retira comme champion régnant, titre que Hawthorn reprit à la fin de la saison et dont il jouit malheureusement pendant un temps trop court. Fangio se concentra alors sur ses affaires dans son pays natal de Buenos Aires. Il fut toujours considéré comme un grand sportif et se comportait toujours dignement, ce que certains des pilotes actuels feraient bien d'imiter.


    Bilan de carrière
    51 Grands Prix, 29 pole positions, 23 records du tour, 24 victoires, 245 points
    Quintuple Champion du monde 1951 - 1954 - 1955 - 1956 - 1957

     

    Jim Clark

     

    Nationalité : Britannique
    Né le : 14 mars 1936
    décédé le : le 07 avril 1968

    Jim Clark qui, hors d'un cockpit, était un homme modeste, avait en fait du génie lorsqu'il y était. Quand les enthousiastes de la course automobile se réunissent pour savoir à qui attribuer le titre de plus grand pilote de tous les temps, Clark entre toujours dans la discussion à côté de Juan-Manuel Fangio et de Ayrton Senna.

    C'était le fils d'un fermier écossais, qui eut son premier contact avec la course automobile quand sa sœur aînée se maria avec un coureur local qui l'emmena à Charterhall : cela lui laissa une impression indélébile. Il semble certain que l'agriculture aurait été sa carrière mais, peu après son 17e anniversaire, le propriétaire du garage du coin, Jock McBain, lui conseilla de participer à un test automobile. Il le fit et gagna.

    Après un certain nombre de rallyes locaux, un bon ami, Ian Scott-Watson, prêta à Clark une DKW dans laquelle il pouvait courir sa première course. L'année suivante, Scott-Watson acheta une Porsche et Clark devint alors sérieux. Il est intéressant de noter à ce stade, Scott-Watson semblait plus ambitieux pour Clark que lui-même ne l'était. Car il était très conscient de ses responsabilités sur l'exploitation agricole familiale. En 1958, McBain reforma l'équipe de Border Reivers et acheta une ancienne Jaguar de type D ayant appartenu à Archie Scott-Brown. La voiture était plus puissante que tout ce que Clark avait piloté jusqu'alors et il admit qu'elle lui avait fait peur. Mais cela ne l'empêcha pas de marquer 12 victoires sur 20 départs. Ce fut la saison dans laquelle le monde de la course automobile commença à voir les possibilités de Clark, mais ce fut également celle dans laquelle il eut une expérience éprouvante à Spa. On l'inscrivit dans le type B pour une course de voitures de sport de haut niveau. Ayant été averti de la nature cruelle de Spa, il traita cette course avec respect, se rappelant ensuite de la façon la plus vivante comment il avait été dépassé par Masten Gregory dans le meilleur style. Ultérieurement, dans cette course, Scott-Brown, surpris par les conditions fréquemment changeantes de Spa, y trouva la mort. Cela sema les graines d'une méfiance que Clark devait garder toute sa vie pour la grande piste des Ardennes. Mais ce n'est pas cela, cependant, qui allait l'empêcher de gagner quatre Grands Prix belges consécutifs sur cette piste même au cours des années 1962-65.



    Un Break avec Lotus

    Le mauvais sort s'en mêla quand Scott-Watson acheta une Lotus Elite et que Clark eut un superbe accrochage avec Colin Chapman à sa première visite à Brands Hatch. La nouvelle société Lotus de Chapman était au stade embryonnaire et quand un deal de formule 1 qu'Aston Martin avait fait avec Clark ne se matérialisa pas, il rejoignit Lotus pour piloter en Formule 2 et Formule junior.

    Il commença à gagner immédiatement et Chapman était tellement convaincu de ses possibilités qu'il l'inscrivit dans le Grand Prix des Pays-Bas où il arriva jusqu'à la place de cinquième avant d'abandonner. Ensuite, ce fut Spa et de nouveau la tragédie. Son coéquipier Stirling Moss avait eu un mauvais accident et se cassa les deux jambes. Ensuite, pendant la course, Clark était le premier sur scène lors de l'accident de Chris Bristow. Il écrivit plus tard qu'il avait vu un officiel courir sur la piste pendant qu'un autre lui faisait signe d'arrêter : "Il se pencha et attrapa quelque chose qui se trouvait sur le bord de la route. Cela ressemblait à une poupée de son. Je n'oublierais jamais la vue de ce corps désarticulé que l'on traînait sur le bord de la route. Je me souviens, à la fin de la course, avoir remarqué que ma voiture était éclaboussée de sang. Cela me dégoûta complètement. Vers la fin de la course, mon coéquipier, Alan Stacey, fut également tué. Un oiseau vola dans son visage et la voiture sortit de la route. Heureusement je n'ai vu ni l'accident ni la voiture. Sinon, je suis certain que j'aurais abandonné la course automobile pour toujours."

    Mais Clark surmonta cette terrible expérience et, en 1961, était de nouveau pilote de Grand Prix à plein temps. Cette année-là, cependant, fut encore éprouvante car il fut impliqué dans un accident qui entraîna la mort du pilote allemand Wolfgang von Trips ainsi que celle de 13 spectateurs à Monza et les autorités cherchèrent à blâmer Clark pour cette tragédie.

    Chapman conçu la Lotus 25 monocoque pour l'année suivante et Clark marqua son premier Grand Prix avec celle-ci. Il se battit avec Hill pour le championnat avant de perdre au dernier tour quand la voiture se cassa alors qu'il menait. Clark était intouchable en 1963 et il allait battre un record pour le nombre de victoires en une seule saison quand il eut sept victoire sur dix départs. Il termina également second dans l'Indy 500 avec la Lotus à moteur arrière, ce qui étonna tous les Américains.



    La victoire à l'Indy

    En 1965, les victoires dans les Grands Prix d'Afrique du Sud, Belgique, France, Grande-Bretagne, Pays-Bas et Allemagne lui donnèrent un second championnat et il gagna en outre l'Indy 500.

    Avec la nouvelle Formule de 3 litres introduite en 1966, Lotus n'avait pas des moteurs suffisamment puissants pour offrir un Challenge sérieux et ce n'est que lorsque le Cosworth fut introduit en 1967 que Clark fut de retour comme l'homme à battre. Il donna à ce moteur une première victoire à Zandvoort et talonna Denny Hulme pour le titre. Clark commença la saison 1968 en gagnant en Afrique du Sud pour rompre le record de Fangio qui était de 24 victoires de Grand Prix. Ensuite, pilotant dans une course de Formule 2 à Hockenheim, sa voiture sortit de la route, s'écrasa contre un arbre et il fut tué sur le coup. Il n'aurait peut-être pas eu besoin de faire carrière en course automobile mais il aimait piloter tout ce qui lui tombait sous la main n'importe quand et n'importe où. Le monde de la course était bouleverse.



    palmares :

    Il n'a participé, au cours d'une carrière brutalement interrompue à l'âge de 32 ans, qu'à 72 courses. Il a remporté 25 victoires, est monté sur le podium à 32 reprises, et a terminé 40 fois dans les points. Il a obtenu 33 pole positions, 28 meilleurs tours en course et 13 hattricks (pole position, meilleur tour et victoire dans la meme course). Il a marqué 274 points au championnat du monde de Formule 1, et a obtenu le titre de champion du monde à deux reprises en 1963 et 1965. Il fut le premier pilote à obtenir plus de victoires que le légendaire pilote argentin Juan Manuel Fangio (25 contre 24).

    * GP disputés : 72
    * GP remportés : 25
    * GP terminés sur le podium : 32
    * GP Pole Positions : 33
    * GP Hattricks: 13
    * GP Meilleurs Tours en course : 28
    * GP Kilomètres en tête de la course: >10.000
    * Points marqués en GP : 274

     

     

     

    *************////////////////************************

      

     
     


     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

     

     


    votre commentaire